Connect with us

Actualités

Ce que l’on sait de la libération de Valérie Bacot

Published

on

valerie bacot interview temoignage avant proces meurtre mari violent edited

En janvier dernier, une pétition pour demander la liberté de Valérie Bacot a été publiée et a recueilli à ce jour plus de 400 000 signatures.

Cependant, la libération de Valérie Bacot n’a pas encore été prononcée et le procès est encore en cours.

Le comité de soutien à Valérie Bacot demande :

« Nous sommes bien conscients que l’émotion suscitée par son histoire pourrait pousser beaucoup d’entre vous à envisager le déplacement pour soutenir Valérie.

Toutefois, une trop grande effervescence à l’extérieur du tribunal pourrait lui être préjudiciable. Les règles sanitaires pour entrer dans la salle d’audience risquent par ailleurs d’être contraignantes. Alors laissons maintenant la justice faire son travail dans la sérénité ; le comité vous tiendra régulièrement informés de l’évolution du procès. Après le verdict, si nécessaire, nous aurons besoin de votre soutien pour relayer des actions. »

En savoir plus sur l’histoire de Valérie Bacot :

Tout le monde savait. Tout le monde se doutait. Beaucoup de gens avaient leur petite idée de ce qui pouvait m’arriver dans l’intimité du foyer. Les coups, la violence banalisée, les humiliations quotidiennes… Tous les invariables de cette vie qui n’en est pas vraiment une. Un jour, pour qu’il ne nous tue pas, je l’ai tué.

Depuis cette nuit-là, celle du 13 mars 2016, le sommeil ne m’a plus jamais trouvée.

Je pense à mon procès. Ces cinq jours devant la cour d’assises de Chalon-sur- Saône, au cours desquels la société va me demander de raconter mon histoire. C’est encore un combat entre lui et moi.

Est-il possible qu’on me comprenne ? Vais-je être écoutée, ou entendue ? Est-il encore capable de me faire du mal, de m’envoyer finir ma vie en prison ?

Dès l’âge de douze ans, Valérie Bacot connaît la peur et l’emprise auprès de Daniel, son beau-père, son violeur, puis son mari et proxénète. Elle raconte ici sa vérité, celle de la tyrannie quotidienne et de l’abandon.