Il y a deux jours, le président de la République se rendait dans la Drôme à la rencontre des restaurateurs, et un individu en a alors profité pour le gifler. Une affaire qui a fait le tour des médias et des réseaux sociaux. Placé en garde à vue immédiatement, l’auteur Damien Tarel, a été identifié comme un passionné de la période royaliste. Cet après-midi, il est jugé en comparution immédiate sur décision du procureur de la République. Un choix qui n’a pas été contesté par l’auteur, qui a souhaité “être jugé immédiatement”. 

Pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, le procureur requiert la condamnation à 18 mois de prison sans aménagement de peinepour l’auteur présumé de la gifle. “Je ne demande pas d’amende mais je vous demande d’envisager de prononcer à son encontre une interdiction définitive d’exercer une fonction publique, ainsi qu’une interdiction du droit de vote pour cinq ans maximum et une interdiction de détention d’arme pour la même durée”, a déclaré le magistrat du parquet. À la barre, l’accusé ne conteste pas son geste et avoue avoir envisagé “de lancer un œuf ou une tarte à la crème” sur le président. “Macron représente très bien la déchéance de notre pays”, a t-il rajouté. Il faut désormais attendre la décision des juges qui sont actuellement en train de délibérer.