C’est ce qu’a révélé Carlos Díez, le chef costumier de la série. Alors que le créateur de la série, Álex Pina, a raconté pourquoi Nairobi n’aurait pas eu sa place dans cette ultime salve, lui, a expliqué que la combinaison rouge des braqueurs a connu différentes versions. “Celle qu’on voit dans les première et deuxième saisons est différente de l’actuelle. Nous l’avons revisitée pour les troisième, quatrième et cinquième saisons (…). Ça reste l’emblématique combinaison rouge… Mais celle-ci possède des empiècements noirs…” Fabriquées en Italie, ces tenues possèdent de nouveaux éléments : “une ceinture pour resserrer la taille, une fermeture éclair, des pressions dans le dos, des aérations aux aisselles…

Et la pandémie qui a quant à elle affecté le tournage de La Casa de Papel, a également eu un impact sur cette célèbre tenue. Car, si chaque membre de la bande possède sa propre combinaison rouge, “il dispose, à plus forte raison depuis le COVID, d’au moins huit combinaisons rouges, a précisé Carlos Díez. Une est propre, une peut avoir des taches, une autre être couverte de poussière, une autre souillée de sang, une autre d’encore plus de sang…” Un détail auquel on va tâcher de faire attention en découvrant les prochains épisodes de la saison 5 de La Casa de Papel, qui est donc la dernière avant un éventuel spin-off centré sur l’un des héros.

Rédigé par

Dorian Nzobazola

JOURNALISTE
Retrouvez-le sur Twitter (@DorianNzobazola)