Connect with us

Actualités

Titane : l’avis des internautes sur le film

Published

on

Titane

Dans cet article, on vous fait découvrir l’avis des internautes sur le film Titane. Mais, ça parle de quoi Titane ? On vous raconte tout !

Après une série de crimes inexpliqués, un père retrouve son fils disparu depuis 10 ans. Titane : Métal hautement résistant à la chaleur et à la corrosion, donnant des alliages très durs.

Fiche d’identité :
Sortie : 14 juillet 2021
Genres : Drame, Fantastique
Titre original : Titane
Durée du film : 108 minutes
De Julia Ducournau
Avec Agathe Rousselle, Garance Marillier, Vincent Lindon, Nathalie Boyer, Myriem Akheddiou, Dominique Frot, Laïs Salameh, Anaïs Fabre
Fiche identité du film « Titane »

Titane, le nouveau film de Julia Ducournau.

Quelles sont les critiques sur le film ?

« Un début de film qui intrigue fortement donc, on se pose d’abord des questions sur cette relation père-fille sans sentiments, l’un et l’autre semblant même s’ignorer, ensuite l’atmosphère très méca et tuning jusqu’aux filles s’avère un trompe-l’oeil où l’héroïne semble une simple gog-danseuse hyper-sexualisée aux élans de serial killeuse. L’intrigue pourtant ne démarre vraiment qu’avec l’entrée du père/Lindon qui reconnaît son fils disparu. Soudain, le film qui semblait un thriller psycho-urbain va aussi être un drame amoureux surprenant et fascinant entre une « femme/homme cyborg » et un père dopé aux stéroïdes. Notons un magnifique travail sur les effets spéciaux et les maquillages, impressionnant pour un film d’auteur français dont les 2-3 dernières minutes qui restent gravées. En prime un duo d’acteurs impressionnants d’abnégation et d’investissements, un Vincent Lindon dans un rôle inédit pour lui, et la grande révélation du film, Agathe Rousselle. Un film qui va assurément créer des clivages, mais il reste un film assez singulier et unique pour le voir d’ores et déjà comme une expérience à conseiller. » –Seleni

« Ainsi donc, Grave n’était qu’un hors d’œuvre pour Julia Ducournau, avant de passer à un solide plat de résistance cuit à l’étouffée. Pas d’inquiétude sur le talent de la réalisatrice pour créer des ambiances glauques en dynamitant les genres y compris les canons de la féminité et de la virilité, qui se prennent sa caméra en pleine face. Dans Titane, féminin de Titan, les corps souffrent, suppliciés à l’extrême et il y aurait beaucoup à dire sur la vision très crue de Julia Ducournau sur la grossesse. Sachant que Martyr, c’est pourrir un peu, Titane est une épreuve dès ses premières minutes et développe un climat anxiogène qui ne calme jamais même si ce sont pour des raisons différentes dans la deuxième partie du film. Grave était plus ludique que ce deuxième long-métrage qui a tendance à se prendre très au sérieux en n’évitant hélas pas des surenchères successives et inutiles, passé un certain point. Il faut bien cela pour accepter de valider un scénario qui n’est pas loin d’aller dans le décor dès ses premières embardées et fait peu de cas de la crédibilité dans son ‘ensemble parce que l’essentiel pour la cinéaste est de s’attarder sur les thèmes de l’hybridation et de la mutation des corps, qu’ils soient féminins ou masculins, ce en quoi elle est peut-être visionnaire tant la notion de transgenre devient aujourd’hui de plus en plus prégnante, gommant toutes les conventions sociaules véhiculés depuis des siècles. Oui, c’est évident que Julia Ducourneau est très douée mais a t-elle atteint un point de non retour avec Titane, la question se pose alors qu’elle devrait bientôt tourner en Amérique. La belle qui aime à jouer à la bête acceptera t-elle qu’on lui rogne les ailes pour devenir plus consensuelle ? Pas certain. En attendant, saluons dans Titane le travail d’interprétation d’Agathe Rousselle et de Vincent Lindon, en regrettant l’absence de seconds rôles de poids, défaut récurrent des productions française. » – traversay1

« Après « Grave », Julia Ducournau revient en force avec « Titane », film qui fait beaucoup parler de lui en ce moment, et pour cause : il est vrai qu’il est violent, dérangeant, voir nauséeux par moment, mais aussi très fascinant et hypnotisant.
Difficile d’en parler sans trop en dévoiler, je dirais simplement que l’on va suivre une jeune femme à l’esprit torturé (ayant du titane en elle suite à un accident de voiture petite), qui va développer un certain attrait pour ce métal en question et qui va en chemin croiser un père dons le fils a disparu depuis une dizaine d’années. Première partie trash, sexuelle et fougueuse, la seconde plus émotive, sensible et ambiguë sur la relation entre les personnages.
De plus le côté esthétique du film est vraiment réussi, avec une bande-son collant parfaitement à son thème et à son ambiance.
On ressort de la salle avec du mal à analyser les émotions ressenties, mais ce qui est sur, c’est que ce film est une expérience qui ne vous laissera pas indifférent.
 » – Alice025

« En 2017, Julia Ducournau offrait un nouvel élan au cinéma de genre en présentant son film d’épouvante “Grave” dans une multitude de festivals. Quatre ans plus tard, la réalisatrice s’offre la Palme d’Or au Festival de Cannes avec “Titane”. Dans une mise en scène érotico-electro, “Titane” se réfère à Alexia. Victime d’un accident de voiture dans son enfance, les chirurgiens lui ont placé des plaques de métal hautement résistantes à la chaleur et à la corrosion sur le cerveau. Dès lors, elle entretiendra un rapport fusionnel avec les voitures et sa danse sur l’une d’elles, est certainement l’une des plus sulfureuses que nous ayons vues au cinéma. A contrario, son rapport avec l’autre est moins délicat. Equipé d’un pic dans des cheveux, la jeune femme ne réfléchira pas longtemps avant de s’en servir pour tuer, puis sera contrainte de fuir et de se faire passer pour un homme au côté de Vincent Lindon. “Titane” est violent, étrange, gore, nous met mal à l’aise, nous donne parfois des haut-le-cœur et pourtant c’est magnifique. » – Cinéphiles 44